La fermentation

Lentement, dans nos cave fraîches et profondes, le vin travaille. A l'intérieur des cuves -alchimie et mystère-, il transforme ses sucres et révèle son arôme. Il ordonne sa robe, peaufine son bouquet, ses alcools deviennent supérieurs.

A la fin de l'hiver, lorsque la nature entière s'éveille, lui aussi se ragaillardit, se remet à fermenter. C'est la fermentation malo-lactique (Transformation de l'acide malique en acide lactique). Bénéfique, elle apporte charme et équilibre. Nous la suivons méticuleusement et l'analysons régulièrement.

Viennent alors les soutirages, et la terrible épreuve de la dégustation. Une pipette à la main, le tastevin de l'autre, nous dégustons, cuve après cuve.

Nous apprécions les caractéristiques et les subtilités de chaque vin, nous supputons son évolution, anticipons sur l'avenir et projetons équilibres et assemblages, magnifiant ainsi nos cuvées.