Histoire du vignoble

Dans le savoureux patois d'autrefois, on appelait "homme" la surface travaillée en une journée ; soit 18 "hommes" pour un hectare de vignes. Les vignes se nommaient "gaillettes".

Suivez-moi pour en faire le tour.

A mi-côté, exposées en plein midi, voici " Les Fioles ". Le nom est évocateur et la maturité du raisin toujours précoce.

En face, "Les Bondonnots" ( bons tonneaux ). Le vin est plus léger.

En 1947, on n'y récolta qu'une "hottée l'homme" (600 litres/hectare) d'un millésime devenu légendaire.

"Champs du Clos" au pied du coteau. Par son sous-sol et son exposition, cette vigne offre une remarquable qualité.

Puis "La Loge", "Les Côtes", " Valbouroy" et "Vermoy" perchées, pentues, elles donnent des vins qui s'épanouis-sent avec élégance au fil des années.

"Les Fins" près de Notre-Dame des vignes, lieu de pèlerinage. Les Raisins y sont toujours les plus mûrs. C'est là que les vendanges commencent.